Navigation

Réduction du transfert de résistances aux antimicrobiens entre la volaille et l’homme

 

Nous étudions la propagation des gènes de résistance dans l’intestin des poulets et celui de l’homme ainsi que le lien entre les deux via la chaine alimentaire et l’environnement. Cela crée la base des mesures visant à réduire les résistances dues à la production et la consommation de volaille.

Description du projet (projet de recherche en cours)

Nous étudions comment des bactéries de l’intestin des volailles acquièrent des gènes de résistance aux antibiotiques et de quelle manière ces derniers peuvent ensuite être transmis à des bactéries (dont des pathogènes) dans l’intestin humain. A cet égard, nous testons dans une étude chez l’animal quelles sont les bactéries les plus aptes à échanger des gènes de résistance et analysons leur capacité à transmettre ces gènes à d’autres espèces de bactéries dans les conditions de l’intestin. Nous étudions en laboratoire les mécanismes précis de ce transfert génétique, tout d’abord dans un modèle in vitro d’intestin de volaille, puis dans un modèle de colon humain. Nous testons enfin le comportement des souches qui ont acquis les gènes de résistance sur la volaille.

Contexte

Le poulet est la source la plus importante de protéines animales pour l’homme. En tant que telle, elle revêt une importance particulière lors de la transmission de gènes de résistance aux agents antimicrobiens de l’animal à l’homme. La manière dont les bactéries possédant des résistances aux antibiotiques et les gènes associés se propagent par le biais de la production de volaille et de la consommation de viande est peu connue. Dans le cadre d’un concept "One Health", une meilleure compréhension de l’apparition de résistances chez les poulets et leur transmission à l’homme peut fournir des informations essentielles pour une prévention plus efficace.

Objectif

Cette étude permet de découvrir les mécanismes de propagation des gènes de résistances aux antibiotiques chez la volaille et chez l’homme. Le but est de clarifier comment l’utilisation d’antibiotiques dans l’élevage de volaille contribue à l’apparition de résistances dans le système digestif humain, et en conséquence comment ces bactéries résistantes peuvent contribuer à la contamination de la volaille par une dissémination dans l’environnement.

Importance

Les connaissances acquises permettent d’adapter les pratiques d’élevage de la volaille et l’utilisation d’antibiotiques et de développer de nouvelles stratégies qui préviennent la transmission des gènes de résistance de la volaille à l’homme par le biais de la chaîne alimentaire.

Titre original

Modelling the spread of antibiotic resistance genes between chicken and human

Responsables du projet

  • Prof. Christophe Lacroix, Labor für Lebensmittelbiotechnologie, ETH Zürich
  • Prof. Roger Stephan, Institut für Lebensmittelsicherheit und Hygiene, Universität Zürich

 

 

Plus d’informations sur ce contenu

 Contact

/SiteCollectionImages/portraetbilder/Christoph_Lacroix.jpg

Christophe Lacroix IFNH - D-HEST
ETH Zürich LFV
Schmelzbergstrasse 7 8092 Zürich +41 44 632 53 69 christophe.lacroix@hest.ethz.ch