Navigation

Sur les traces de l’abus d’antibiotiques en urologie – moins il y en a, mieux c’est

 

Les antibiotiques sont très souvent utilisés en urologie. Réduire cette utilisation diminuerait ainsi l’apparition de résistances aux antibiotiques. Pour cette raison, nous comparons, lors d’interventions urologiques, une prophylaxie antibiotique à dose unitaire avec la pratique clinique actuelle de traitement sur trois jours ou plus.

​ Description du projet (projet de recherche en cours)

À l’aide de formulaires, nous examinons comment les prophylaxies aux antibiotiques sont appliquées dans le cas de deux opérations fréquentes de la prostate. Près d’un quart des urologues se tiennent aux directives européennes lors de la résection transurétrale (ablation de tissu malade) et lors de la vaporisation de tissu malade par laser Greenlight. Ensuite, nous répartirons les patients en deux groupes dans le cadre d’une étude prospective randomisée : l'un reçoit la prophylaxie à dose unitaire, telle que la prévoient les directives, l'autre reçoit une prophylaxie durant trois jours, très répandue dans la pratique. Nous pouvons ainsi comparer quel est l’effet de la prophylaxie respective sur les infections postopératoires, sur les effets secondaires et sur le développement de résistances aux agents antimicrobiens.

Contexte

Dans les cliniques urologiques, on trouve des taux plus élevés en germes résistants aux antibiotiques que dans d’autres disciplines, dus à l’utilisation massive d’antibiotiques. Quelque dix mille hommes en Suisse subissent une résection transurétrale de la prostate chaque année, la vaporisation de la prostate par laser s'est établie comme alternative pour les patients sous traitement anticoagulant. Le nombre élevé d’interventions explique également l’impact présumé d’une "prolongation" de la prophylaxie sur le développement de résistances.

Objectif

Nous voulons montrer que l’utilisation d’antibiotiques peut être significativement réduite dans le cas des interventions urologiques examinées sans pour autant mettre en danger la sécurité du patient, diminuant ainsi le développement de résistances aux agents antimicrobiens.

Importance

Réduire la prophylaxie aux antibiotiques à une dose unitaire au lieu de plusieurs prises sur une durée de trois jours peut d’une part réduire le développement de résistances aux agents antimicrobiens, et d'autre part conduire à ce que les patients connaissent une plus faible contrainte en matière d’effets secondaires. Cette amélioration comparativement simple à mettre en œuvre serait profitable à de nombreux patients et aiderait à ce que des substances éprouvées puissent également être utilisées à l’avenir en prophylaxie et en thérapie.

Titre original

Single-Dose Versus 3-Day Cotrimoxazole Prophylaxis in Transurethral Resection or Greenlight Laser Vaporisation of the Prostate: A Pragmatic, Multicentre Randomised Placebo Controlled Non-Inferiority Trial

Responsable du projet

  • Dr. Hans-Helge Seifert, Urologische Klinik, Universitätsspital Basel
  • Prof. Andreas Widmer, Institut für klinische Epidemiologie, Universitätsspital Basel
  • Dr. Kathrin Bausch, Urologie, Universitätsspital Basel

 

 

Plus d’informations sur ce contenu

 Contact

http://nfp72.snfbern.ch/SiteCollectionImages/portraetbilder/Seifert_Hans_Helge.jpg

Prof. Hans-Helge Seifert Urologische Klinik
Universitätsspital Basel
Spitalgasse 21 4031 Basel +41 61 556 53 89 hanshelge.seifert@usb.ch